Actualites

Covid-19 : les voyageurs provenant de seize pays à risque seront testés à leur arrivée en France

À leur arrivée en France, les voyageurs des 16 pays concernés devront disposer du résultat d’un test précisant qu’ils ne sont pas porteurs du virus. Si le résultat du test s’avère positif, ils seront placés en « quatorzaine ».

Nouvelles mesures de précaution contre le Covid-19. Lors d’une visite à l’aéroport Roissy-Charles-de-Gaulle, le Premier ministre, Jean Castex, a annoncé, vendredi 24 juillet, des tests obligatoires, au plus tard au 1er août, pour les voyageurs venant en France de 16 pays où le virus circule fortement.

« Nous savons que dans un certain nombre de ces pays, il n’existe pas de stratégie de dépistage et que l’accès aux tests est difficile, en conséquence de quoi nous avons décidé de généraliser les tests à l’arrivée », a ajouté le Premier ministre, précisant que les cas positifs seraient placés en quatorzaine.

Concrètement, à leur arrivée en France, les voyageurs devront disposer du résultat d’un test précisant qu’ils ne sont pas porteurs du virus. Si le résultat du test s’avèrent positif, ils seront placés en « quatorzaine ».

Les pays concernés sont les États-Unis, les Émirats arabes unis, le Bahreïn, le Panama, l’Afrique du Sud, le Kowëit, le Qatar, Israël, le Brésil, le Pérou, la Serbie, l’Algérie, la Turquie, Madagascar, l’Inde et Oman. Le Maroc, initialement cité dans la liste de source gouvernementale, n’y figure pas « pour l’instant », selon Matignon, qui précise que « c’est en discussion ».

3 000 personnes testées par jour à Roissy

Le Premier ministre a précisé que pour les 16 pays, « la frontière est fermée », soulignant que « la seule circulation des passagers concerne des citoyens français qui résident dans ces pays ou des citoyens de ces pays qui disposent d’une résidence stable en France ».

Le dispositif, qui concerne tous les aéroports du territoire français, sera pleinement opérationnel « au plus tard le 1er août », a précisé le chef du gouvernement. Pour l’aéroport Roissy-Charles de Gaulle, cela représentera un flux d’environ 3 000 personnes testées par jour, a-t-il indiqué.

Des dispositifs comparables seront instaurés dans les ports, a aussi annoncé le Premier ministre, qui a évoqué une décision « indispensable compte tenu de la reprise de la circulation virale dans notre pays ».