Le ministre de la Santé Olivier Véran a dévoilé, lors de sa conférence de presse mercredi soir, les dispositions prises lors du Conseil de défense. La métropole d’Aix-Marseille et la Guadeloupe deviennent notamment des « zones d’alerte maximale », avec « fermeture totale » des bars et des restaurants à partir de samedi pour une durée de deux semaines.

« La situation sanitaire continue globalement de se dégrader » en France, a prévenu mercredi 23 septembre Olivier Véran, en ouverture de sa conférence de presse hebdomadaire. Le ministre de la Santé a annoncé de nouvelles mesures sanitaires variables en fonction des territoires. Et de préciser à ce sujet : « Nous ne le faisons pas de gaieté de cœur mais parce que c’est nécessaire ».

La métropole d’Aix-Marseille et la Guadeloupe « zones d’alerte maximale »

Voici le rouge « écarlate » dont il avait été question, plus tôt dans la journée. Deux territoires français sont concernés par cette nouvelle classification : la métropole d’Aix-Marseille et la Guadeloupe. Étant donné la situation sanitaire dans ces territoires, le ministre de la Santé a annoncé la « fermeture totale » des bars et restaurants à partir de samedi, ainsi que la fermeture de « tous les établissements recevant du public sauf s’il existe un protocole sanitaire strict déjà en place ». « À ce titre, les lieux culturels comme les théâtres, les musées et les cinémas ne sont pas concernés compte tenus des protocoles sanitaires existants », a précisé Olivier Véran.

« Ce sont des décisions difficiles mais nécessaires », a affirmé le ministre de la Santé. Et d’ajouter : « Ce sont des dispositions temporaires mais qui sont les seules de nature à diminuer les contaminations ». Olivier Véran a aussi précisé que toutes les entreprises impactées par ces décisions – valables pour 15 jours – « seront soutenues » financièrement par l’État.

« Si toutefois, malgré ces mesures, la situation devait s’aggraver, nous n’aurions pas d’autre choix que de basculer en état d’urgence sanitaire ces territoires » en zone d’alerte maximale, a conclu le ministre.

Ces mesures ont suscité la colère de plusieurs élus, dont la maire de Marseille, Michèle Rubirola (EELV) qui a indiqué sur Twitter avoir appris avec « colère » cette décision du gouvernement de fermer les bars et les restaurants. Le président LR de la région Provence-Alpes-Côte d’Azur, Renaud Muselier, a qualifié quant à lui de « punition collective » cette mesure gouvernementale de fermeture des bars et restaurants à Aix et Marseille, dénonçant une décision « prise de façon unilatérale ». Pour lui, il s’agit d’un « quasi-reconfinement ».

Onze autre métropoles « zones d’alerte renforcée »

Cette nouvelle catégorie – en rouge – concerne une grande partie des métropoles françaises : Paris et les départements de la petite couronne, Lille, Toulouse, Saint-Étienne, Rennes, Rouen, Grenoble, Montpellier, plus Bordeaux, Lyon et Nice, qui s’y trouvaient déjà. Tours, Strasbourg, Dijon et Clermont-Ferrand n’y sont pas encore, mais pourraient bientôt rejoindre ce groupe si les indicateurs sanitaires continuent à se dégrader dans ces villes, selon le ministre de la Santé.

La jauge des rassemblements dans ces territoires va être portée à 1 000 personnes, au lieu de 5 000 auparavant, ce dès samedi. La fermeture des bars, qui interviendra quant à elle à partir de lundi, sera « partielle » avec un horaire décidé par le préfet. Cela « n’ira pas au-delà de 22 heures », a précisé Olivier Véran.

By admin

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *